Conseils et vidéos sur les chats
  Les principales catégories du forum sur les chats
 

Faire le deuil d'un animal

Rendez un dernier hommage à vos chats disparus

Faire le deuil d'un animal

par Marie » Dim 3 Jan 2010 20:49

La vie de nos animaux familiers est toujours trop courte. Un chien selon sa taille peut vivre en moyenne 10 à 17 ans, un chat 16 à 18 ans. Le perdre peut être une épreuve douloureuse et difficile à supporter.
A l’annonce de la mort de leur compagnon, nombre d’entre nous se demandent comment désormais vivre sans lui ?

Que l’animal très aimé qui a partagé nos joies et nos peines arrive en fin de vie et s’éteigne doucement ou qu’il meure brutalement d’une maladie foudroyante empoisonné ou renversé par une voiture, c’est toujours un immense chagrin et l’heure de pleurer.

Dans le premier cas les maîtres ont pu se préparer à cette échéance. Ils savent que la mort fait partie du cycle de la vie, et connaissent bien la trop courte espérance de vie de leur compagnon.

Par contre si la mort est violente, inattendue, que l’animal est très jeune, alors cette disparition est encore plus insupportable et éveille une grande colère, voire le refus de croire à ce qui vient d’arriver.
Les morts qui nous semblent prématurées sont tout particulièrement bouleversantes et la brutalité d’un décès accidentel n’offre pas la préparation au deuil.

L'euthanasie :

Pour un animal qui arrive en fin de vie ou dans la dernière phase d’une maladie mortelle, qui souffre trop, se replie sur lui, perd conscience, ne mange plus, les maîtres se posent la question de l’euthanasie pour lui éviter la pire des agonies et couper court à des douleurs insupportables.
Décider que la vie de notre compagnon doit s’arrêter là, est une des résolutions les plus difficiles à prendre. Comment déterminer le degré de souffrance de l’animal, à partir duquel il ne sera pas charitable de le maintenir en vie, si ce n’est juste pour différer notre douleur de le perdre.
Nous avons envie de dire à tous ceux qui sont ou seront un jour confrontés à cette terrible échéance, qu’il s’agira de percevoir avec le plus d’honnêteté possible le moment où la souffrance et la détresse auront gagné sur le plaisir de vivre de l’animal. Les pertes de l’appétit, des capacités motrices et de l’intérêt pour l’entourage, l’incontinence massive, les plaintes et gémissements, étant quelques-uns des signes évidents de cette détresse.
Avec l’avis de son vétérinaire et mis devant l’évidence, on peut alors avec le praticien prendre la lourde décision de lui faire administrer une injection pour « une mort douce». Pour ceux qui le souhaitent et peuvent le supporter, il est recommandé d’accompagner courageusement son animal jusqu’au bout. Certaines personnes derrière cette épreuve, gardent ainsi le réconfort de ne pas s’être détournées et d’avoir jusqu’au dernier instant assisté dignement leur compagnon.

Un cérémonial est nécessaire :

Se pose alors une dernière question : que faire du corps de l’animal ?
Plusieurs solutions sont possibles :
· le laisser chez le vétérinaire.
· l’enterrer dans son jardin à la campagne (à condition de respecter les réglementations : profondeur et chaux vive)
· prendre une place dans un cimetière animalier
· opter pour la crémation qui permet d’enterrer ou disperser ses cendres dans un endroit aimé.
Chacun choisira selon sa sensibilité, mais un cérémonial comme enterrer ou faire incinérer l’animal mort peut aider beaucoup le travail du deuil.
Se renseigner d’avance et parler de ces dernières dispositions à prendre, peut faciliter les choses le moment venu, quand on se trouve trop écrasé de chagrin.

Est-il normal d’être déprimé après la perte de son animal ? Combien de temps cela dure t-il ?

Les effets du deuil et sa chronologie sont trop peu souvent évoqués. Notre société d’aujourd’hui plutôt portée à allonger la vie, préfère ne pas parler de la mort.
Pourtant, le deuil qui est à la fois état et conséquences de la perte d’un être cher est un phénomène normal.
Il n’est pas fou d’avoir du chagrin à la perte de l’animal avec qui on a parfois passé 15 ans d’une vie. C’est même notre dernière expression d’amour pour lui et mieux vaut éviter en cette période les personnes qui ne le comprendraient pas.
Il est au contraire réconfortant de pouvoir exprimer son chagrin auprès de sa famille ou d’amis qui peuvent le recevoir.
Celui qui peut parler, dire son émotion et pleurer avec les siens est favorisé. Il est important de ne pas se sentir critiqué dans sa douleur mais d’être compris et respecté. La meilleure aide pour un endeuillé vient de personnes proches aimant elles aussi les animaux, patientes, indulgentes et sachant simplement écouter sans rien vouloir empêcher de la douleur et des larmes de l’autre.
Tout le monde ne réagit pas de la même manière, et certaines personnes auront plus ou moins besoin de contacts ou d’intimité.
Le deuil se caractérise par l’humeur dépressive, la perte de l’intérêt pour le monde extérieur, la culpabilité, et peut conduire à une dépression grave. Mais attention à ne pas prendre toutes ces manifestations normales du deuil pour un état pathologique.
À la perte d’un animal très aimé, le chagrin est inéluctable et naturel. C’est l’absence d’affliction qui peut être anormale et doit être repérée par les proches. Le maître endeuillé peut aussi nier cette mort et faire comme si l’animal était encore là, or non-dit et refus de la mort diffèrent ou bloquent le deuil.

Les différentes phases du deuil :

Le déroulement normal du deuil passe successivement par différentes phases :
· D’abord le choc : celui qui reste, heurté, secoué dans toutes ses fibres, saisi d’une lassitude écrasante est atteint jusque dans sa santé, perd l’appétit, le sommeil. Émotionnellement perturbé, tour à tour agité il crie sa peine, ou comme anesthésié, silencieux, muré, il gémit livré à des affects d’impuissance, de révolte, de colère, d’abandon, de honte parfois, de culpabilité souvent.
Tel maître se sent coupable de n’avoir pas repéré plus tôt les premiers signes de la maladie et n’avoir pas conduit son chien ou son chat de suite chez le vétérinaire ; tel autre de n’avoir pas prévu le danger qui guettait son compagnon. S’en prenant à la terre entière « pourquoi est-ce mon chien qui est mort ? », d’autres enragent aussi de la négligence d’un tiers qui a mal refermé le portail du jardin, contre le chauffard qui a renversé leur animal, ou le maître de ce chien qui a brisé la colonne de son chat ......
Certains rendent responsable le vétérinaire de n’avoir pas fait tout ce qui était en son pouvoir pour sauver leur animal.

Même celui qui a pu se préparer à son deuil, n’échappe pas à cette phase qui peut être moins violente mais plus insidieuse, et jeter parfois davantage dans la torpeur.

· Puis vient l’état dépressif : comme soudain coupé des autres, c’est la grande solitude.
L’endeuillé est seul à savoir ce que la perte de son animal représente de douleur pour lui. Tout est sombre, chaque geste du quotidien est laborieux, ce qui pourrait le divertir est rejeté, il ne peut être distrait ni déchargé de sa tâche de remémoration des souvenirs communs avec l’animal chéri. Sans plus être très bien capable de s’occuper de lui-même, il a besoin d’être protégé, consolé. Il faut ce temps comme pour tourner à vide ...... pour accepter peu à peu la réalité, la révolte, la blessure, l’état de fragilité, le déséquilibre qu’a engendré la perte.
Des rêves surviennent, on voit le chien, le chat encore vivant, puis il s’éloigne, s’estompe, s’efface ......

· Enfin avec le temps grand consolateur du deuil, la douleur s’adoucit même si elle se réveille plus ou moins à des occasions anniversaires ou en croisant un autre animal de même race ...... celui que l’on ne peut plus voir, sentir, caresser va maintenant vivre à l’intérieur de nous. Sa photo nous accompagne, on aime évoquer les bons moments passés en sa compagnie .... on sait qu’il n’est plus, mais il reste présent au fond de nous à jamais. On accepte ce passé qui ne sera plus et l’avenir qui ne sera pas avec l’être perdu.
Ce parcours achemine vers la finalisation du deuil, qui laisse enfin la possibilité de reprendre goût à la vie.
Ces différentes phases ne sont normalement que passagères, et c’est par contre si le maître s’enferme dans l’une d’elle qu’il ne peut terminer son travail de deuil et sombrer dans la dépression.

Peut-on parler de la mort aux enfants, et comment ?

Pour comprendre et accepter, les enfants ont besoin de connaître la vérité.
Selon leur âge, la nature et la force du lien qui les unissait à leur compagnon, ils peuvent être plus ou moins troublés ou affectés par sa perte.

La mort est perçue différemment selon les âges :

· Des explications justes mais simples seront suffisantes pour les plus jeunes jusqu’à environ 6 ans. Pour les petits le " plus jamais " n’existe pas encore et il ne sera pas véritablement question de deuil pour eux, mais d’expérience de séparation, de perte qu’il faut veiller à ce qu’elle ne soit pas vécue dans la solitude. C’est la toute chaude présence rassurante des parents qui leur permettra de dépasser l’épreuve sans traumatisme.

· Les plus grands poseront de nombreuses questions, inutile cependant d’entrer dans des détails qui pourraient les choquer. Par contre, répondre avec clarté aux interrogations fréquentes comme " est-ce qu’il a mal, est-ce qu’il a froid ? " rassure et apaise le jeune.
Présenter franchement les faits douloureux ainsi que proposer à l’enfant de voir l’animal mort s’il le souhaite, n’est pas choquant pour lui comme beaucoup le croient habituellement. Cela le conduit au contraire à l’acceptation de l’irréversible de cette perte.

De même que l’adulte, il sera aidé dans son travail de deuil s’il peut ensuite fleurir la tombe de son animal, ou savoir où sont ses cendres.

L’enfant qui perd son petit compagnon adoré, voit sa souffrance majorée si les parents font silence sur l’évènement, et ne veulent pas lui laisser vivre la réalité des choses. Le sentiment de solitude et d’abandon qui pourrait en résulter, ne ferait que le bloquer dans ce passage pourtant obligé par la souffrance, qui lui permettrait de rompre progressivement les liens avec l’animal perdu.
L’enfant qui éprouve de l’angoisse face à la mort, sera rassuré si vous lui dites que toutes les maladies ou les blessures n’y mènent pas forcément.

Lui dire que l’on a volé son chat ou son chien ou bien qu’il est parti ... ne le ferait que développer des scénarii faux et angoissants du genre " il est parti parce que le l’ai disputé, est-ce qu’il va revenir ? ". Il pourrait se sentir trahi le jour où inévitablement il apprendra la vérité.
Parce que l’on ne peut jamais soustraire ses enfants aux épreuves de la vie, il ne sert à rien de vouloir les abriter de la mort de leur animal chéri. Cette tentative de se protéger soi-même les empêche de grandir et de se préparer sainement à la vie et aux pertes inévitables qui la jalonnent.
Il est donc capital que l’enfant puisse dire sa peine à ses parents, extérioriser ses émotions et se sentir accompagné dans son chagrin. Il peut le faire d’autant mieux que les adultes eux-mêmes ne dissimulent pas leur propre peine en lui montrant ainsi qu’il est normal de l’exprimer.

Ne pas négliger les autres animaux de la maison :

Plusieurs animaux qui cohabitent, tissent entre eux des liens d’attachement. Lorsque l’un d’eux décède, l’autre le cherche et ressent un vide. Il perçoit aussi la détresse de son maître qui le délaisse un peu. Dans son chagrin, il ne faut pas oublier celui qui reste et s’efforcer de lui consacrer du temps et lui garder ses habitudes. Faute d’attention, certains petits compagnons de longue date dépriment, ou même se laisse mourir à la suite de la disparition de leur " copain ".

Sans ce nécessaire travail naturel du deuil, aucune relation nouvelle avec un autre ne pourra se nouer sainement.
Se précipiter de manière prématurée pour reprendre un compagnon fait partie de ces vaines tentatives d’échapper à l’incontournable souffrance du deuil qui ne manquera pas de ressurgir un jour dans un moment et des circonstances inattendues.

Tout animal chéri disparu est irremplaçable.
Celui qui lui succèdera pour continuer avec vous un bout du chemin de la vie, se montrera capable de vous apporter aussi du bonheur, si après votre deuil vous savez l’accueillir pour lui-même.

Source : Co-rédaction de Danièle Mirat et Françoise Gaudron comportementalistes

d'autres sources :
http://pagesperso-orange.fr/soutienpert ... omestique/

Il existe également un ouvrage :

"Quand l'animal s'en va... "
Gérer la Perte de son Animal de Compagnie.
Du Dr Marina Von Allmen-Balmelli.

Ce livre se veut une aide pour toute personne touchée par le sujet du deuil pour un animal et aimerait aussi contribuer à améliorer la compréhension des personnes qui n’ont jamais possédé un animal de compagnie, pour la perte et la tristesse que ressentent ceux qui ont partagé une partie de leur vie avec un tel ami.

Référence: Éditions Jouvence, octobre 2007
Image

HALTE AU DEGRIFFAGE QUI EST UN ACTE BARBARE !!!!!
Avatar de l’utilisateur
Chat savant
Chat savant
Nombre d'années sur le forum:
Années en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membre
 
Messages: 15006
Sujets: 92
Âge: 61
Enregistré le: Mer 3 Jan 2007 22:54
Localisation: Dans le sillage d'une étoile * ......
Genre: Femme


Publicité

Re: Le deuil d'un animal :

par milloute » Dim 3 Jan 2010 20:55

merci Marie :lover:

je me retrouve dans pas mal de choses en ce qui concerne Naya, d'abord le choc et l'incomprehension, la tristesse puis la colere et ensuite on s'apaise avec le temps.

Naya repose pres de là ou elle aimait le plus etre, au bord de son champs ou elle chassait les souris sous le sapin, ça me fait beaucoup de bien d'aller passer du temps pres d'elle, je lui dépose toujours un petit bouquet de fleurs des champs... Une chose est sure, on n'oublie jamais, ils sont là bien au chaud dans notre coeur.
Avatar de l’utilisateur
milloute
 

Re: Le deuil d'un animal :

par tricolore » Dim 3 Jan 2010 21:11

Merci beaucoup pour ce post très complet. J'y retrouve les éléments que j'avais trouvé lors du décès d'Eglantine.
Pour l'instant, j'ai encore des flashs très violents où je re-réalise qu'elle est morte. Le pire est que en quelques jours ou moins, l'animal n'est plus.

Il ne reste que des souvenirs, c'est comme si, il n'avait jamais existé. Lorsque je vois les photos de ma poupée rousse, j'ai l'impression qu'il s'agit d'un autre temps, d'une autre dimension. Elle me paraît si loin, et en même temps, j'ai l'impression que je pourrais la toucher d'un doigt.

Je me suis surprise le soir, à mettre mon pied à l'endroit du lit où elle dormait, en fermant les yeux tellement j'avais envie de sentir sa fourrure. Je suis nostalgique de la relation qu'on avait, et de l'équilibre qu'il y avait à la maison. :triste: :triste: :triste:
Avatar de l’utilisateur
tricolore
 

Re: Le deuil d'un animal :

par Marie » Dim 3 Jan 2010 23:06

Non on ne les oublie jamais :(
Cela va faire 3 ans que notre petite Omiya nous a quitté et j'ai pour le moment toujours autant de mal à en parler ...... Les 1iers temps il fallait que je me fasse violence pour passer prés d'elle au jardin ... je me disais " si tu ne le fais pas maintenant, tu ne pourras jamais plus le faire !!!!!!! " C'était terrible ....
Image

HALTE AU DEGRIFFAGE QUI EST UN ACTE BARBARE !!!!!
Avatar de l’utilisateur
Chat savant
Chat savant
Nombre d'années sur le forum:
Années en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membre
 
Messages: 15006
Sujets: 92
Âge: 61
Enregistré le: Mer 3 Jan 2007 22:54
Localisation: Dans le sillage d'une étoile * ......
Genre: Femme

Re: Le deuil d'un animal :

par Mi Neth » Lun 4 Jan 2010 02:50

J'aurais voulu être là pour Edouard. Je ne vais pas m'attarder (bourdon). Je vais répondre à d'autres posts.
Avatar de l’utilisateur
Matou
Matou
Nombre d'années sur le forum:
Années en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membre
 
Messages: 9020
Sujets: 168
Âge: 54
Enregistré le: Mer 26 Mar 2008 19:29
Localisation: Neko Land
Genre: Femme

Re: Le deuil d'un animal :

par tricolore » Lun 4 Jan 2010 09:16

Marie a écrit:Non on ne les oublie jamais :(
Cela va faire 3 ans que notre petite Omiya nous a quitté et j'ai pour le moment toujours autant de mal à en parler ...... Les 1iers temps il fallait que je me fasse violence pour passer prés d'elle au jardin ... je me disais " si tu ne le fais pas maintenant, tu ne pourras jamais plus le faire !!!!!!! " C'était terrible ....

J'ai pas de mal à en parler, mais il est vrai que le ressenti est difficile à mettre en mots. C'est comme un violent coup de poing dans l'estomac à chaque fois que je repense à elle.
Avatar de l’utilisateur
tricolore
 

Re: Le deuil d'un animal :

par Saberhagen » Mar 22 Juin 2010 12:17

Je découvre ce post avec émotion, car je m'y reconnais totalement en ce moment...

J'avais posté en fin d'année dernière un topic sur l'Arche de Noé en présentant ma petite Zatchounette, ma rate noire que j'aimais tant...
Lundi 7 juin 2010 : je remarque une petite boule près de sa patte arrière
Mardi 8 juin 2010 : verdict de la véto, tumeur mammaire qu'il faut retirer au plus vite pour que ça n'évolue pas. Zatch sera opérée au gaz pour limiter au maximum les risques de mort par injection d'anesthésiant...
Vendredi 11 juin 2010 : 9h30, j'amène Zatch chez la vétérinaire pour qu'elle se fasse opérer. 12h30, le coup de téléphone : "Je vous appelle pour une mauvaise nouvelle, Zatch ne s'est pas réveillée".

Le choc, le sentiment de culpabilité aussi, pour l'avoir amenée moi-même là-bas... Alors que la tumeur était bénigne et qu'elle ne pressait aucun organe vital... L'impression d'avoir trahi ma petite compagne si pétillante de vie en l'abandonnant au véto... L'injustice... La douleur... Les larmes...

Cela fait 11 jours aujourd'hui qu'elle est partie... Je ne m'en remets toujours pas... Pour certains, ce n'était "qu'un rat". Pour moi, c'était "Zatch", ma "Zatchounette", ma "beauté", ma "pépette", ma "douce"...


Je m'en veux encore, même si j'ai accepté l'opération par amour pour elle, pour son "bien". C'est horrible ce sentiment de culpabilité qui vous ronge encore et toujours.

Même la vétérinaire était anéantie. Zatch était sa "patiente" préférée parmi les rongeurs, tant elle était curieuse, sociable et gentille...


:( tout ça, je le vis super mal, et je n'en peux plus de voir mon meuble de chambre vide, sans cage pour rat... Je n'en peux plus de ces nuits silencieuses... J'aimerais tellement pouvoir encore gronder Zatch quand elle faisait du bordel à 3h du matin :cry:
Avatar de l’utilisateur
Nombre d'années sur le forum:
Années en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membre
 
Messages: 109
Sujets: 7
Âge: 34
Enregistré le: Jeu 29 Oct 2009 17:36
Genre: Femme

Re: Le deuil d'un animal :

par sylviane78 » Mar 22 Juin 2010 16:43

Merci pour ce post
c'est vrai combien de fois on rale après eux parce qu'ils nous font des betises?, qu'ils boudent devant leur assiette et puis quand ils ne sont plus là, un grand vide, et qu'estce qu'on voudrait encore raler apres eux!
Avatar de l’utilisateur
Chat savant
Chat savant
Nombre d'années sur le forum:
Années en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membre
 
Messages: 17625
Sujets: 46
Âge: 57
Enregistré le: Jeu 18 Mar 2010 18:02
Genre: Femme

Re: Faire le deuil d'un animal.

par Basudha12 » Lun 2 Mai 2011 21:09

C'est un article comme sa que je cherchais, je suis en plein deuil. Mon chat agé de 17 ans nous a quittés vendredi 29 avril. La douleur est encore vive et en parler est difficile. Il nous faudra du temps ! C'est tout. Je ne sais pas si j'aurais eu le courrage de le faire piquer, je ne crois pas, mais dans sens je culpabilise parce qu'il a beaucoup souffert avant de mourir. Il avait de l'urée, son état c'est dégradé assez rapidement en 24h, ce fut assez violent pour moi et mes parents aussi surtout pour ma mère.
Image
Avatar de l’utilisateur
Chaton
Chaton
Nombre d'années sur le forum:
Années en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membre
 
Messages: 1335
Sujets: 24
Âge: 33
Enregistré le: Lun 2 Mai 2011 00:08
Localisation: Avant Millau (12), maintenant La Grande-Motte (34)
Genre: Femme

Re: Faire le deuil d'un animal.

par Ginieconcept » Jeu 14 Juil 2011 10:55

J'ai ressenti la plus part des signes indiqués dans le premier post.
C'est vrai que c'est très dur...
J'ai beaucoup pleuré ma première chatte Mimi car j'avais une vraie complicité avec elle.
Elle nous a quitté en mai 2001.
Avatar de l’utilisateur
Nombre d'années sur le forum:
Années en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membre
 
Messages: 20
Sujets: 3
Âge: 36
Enregistré le: Mar 12 Juil 2011 13:06
Localisation: Courcouronnes
Genre: Femme

Re: Faire le deuil d'un animal.

par strecy » Mer 2 Nov 2011 15:53

Moi j'ai perdu mon chat (neige) le 2 octobre 2011 , un jour avant mont anniversaire il n avait que 2 ans il n'avait jamais était malade il est mort en deux jour et je n'arrive pas à m'en remettre car il me manque beaucoup même si j'ai adopter un autre petit chaton (phenix).
Avatar de l’utilisateur
Nombre d'années sur le forum:
Années en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membre
 
Messages: 42
Sujets: 2
Âge: 28
Enregistré le: Mer 2 Nov 2011 15:33
Localisation: beziers
Genre: Non spécifié

Re: Faire le deuil d'un animal.

par plume377 » Mer 15 Aoû 2012 21:57

Ce post est magnifique comme celui d'hommages. Il m'a tant aidé depuis la premièree seconde.
Peu de presonnes y viennent (et je comprends) car il nous confronte à ce qu'on craind le plus : la mort de notre chat.
Merci à ce forum de permettre à ceux qui sont en deuil de pouvoir venir parler et de trouver du réconfort :lover: :lover: :lover:

Ces moments là sont précieux aussi et votre présence l'est aussi :lover:

N'évitez pas le post hommages, un petit mot suffit
Image

Je t'aime ma Plume et tu es dans mon coeur pour toujours !
Avatar de l’utilisateur
Chat en Or
Chat en Or
Chat savant
Chat savant
Nombre d'années sur le forum:
Années en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membre
 
Messages: 23313
Sujets: 30
Âge: 60
Enregistré le: Mer 11 Jan 2012 13:54
Localisation: Bruxelles
Genre: Femme

Re: Faire le deuil d'un animal.

par Cerise65 » Sam 16 Mar 2013 10:00

Bonjour
J'ai perdu mon chat en tout début d'année et ce post m'a beaucoup aidée pour mettre les mots sur tout ce que je ressentais. La souffrance de la disparition bien sûr, la colère, mais aussi la culpabilité: j'avais longtemps attendu pour reprendre un chat car je voulais lui offrir de meilleures conditions qu'un studio, j'avais tout mis en place pour le rendre heureux et avec une longue vie, et le voila retrouvé mort (cause inconnue: voiture? Poison?) à 1 an et demi seulement. J'ai pensé et pense encore parfois que je l'ai mené à sa perte et qu'il aurait échappé à une fin aussi rapide s'il n'avait pas eu la malchance de tomber sur moi. Il m'a donné sa confiance, il m'a accompagnée à un grand tournant de ma vie, et c'est comme si je n'ai pas été à la hauteur de ce qu'il m'a donné. L'entourage a beau vous répéter et vous convaincre que vous n'y êtes pour rien, ça vous ronge quand même à l'intérieur.
Aujourd'hui, je me prépare à adopter un autre chaton parce que tous les beaux souvenirs de mon Pépito sont plus forts que la douleur et que j'ai besoin de cette compagnie et de ce lien privilégié avec un chat. J'espère que cette fois, la route sera plus longue.
Avatar de l’utilisateur
Nombre d'années sur le forum:
Années en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membre
 
Messages: 6
Sujets: 4
Âge: 44
Enregistré le: Sam 16 Mar 2013 08:58
Genre: Femme

Faire le deuil d'un animal.

par ironkoupo29 » Ven 20 Déc 2013 12:28

J'ai perdu y'a 2 semaines le chat de mon parrain et de ma mamie qui eux aussi sont décédés mais l'année dernière. Mes parents ont récupérer les animaux dont Moutic, un gentil et formidable chartreux qui été d'une douceur et d'une affection sans nom. Du jour au lendemain il a changé physiquement surtout de par son comportement avec la nourriture, il est passé de 5kg a 4.1kg...

J'ai quitté chez mes parents depuis qq temps déja et vit trés loin de chez eux a 5h de route, du coup j'ai appeler mes parents pour savoir ce qu'il en été et il m'a dit que marmoudou je ne le verrai plus. Mon cher ami est parti brutalement a cause d'un cancer de l'estomac qui s'est généralisé... J'en veux amérement au véto car il maintenait que c'était une boule de poil qui enkiloser son estomac et qui l'empecher d'avoir de l'appétit et le fesait vomir; je vous jure quel CON !!!

Du coup j'ai pleuré tt ce que j'ai pu et ce soir la j'avais du monde à la maison, personne mais quand je dis personne ne m'a demandé ce qui c'était passé, jen ai parler vaguement a une "amie" mais elle n'a pas comprit et pourtant elle a un animal chez elle.

Ce qui me tue c'est que les gens ne comprennent pas du tout la douleur des gens qui considére les animaux comme membre a part entière dans un foyer, pour certains un animal est un bien meuble et j'emmerde les gens qui pensent comme ça; ils n'ont pas de coeur. Je sais pas vers qui me tourner et qui pourra comprendre ma peine mais je pense que ici je ne me suis pas trompée pour m'exprimer à ce sujet; mais sincerement c'est ultra douloureux.
Avatar de l’utilisateur
Nombre d'années sur le forum:
Années en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membre
 
Messages: 17
Sujets: 3
Enregistré le: Ven 20 Déc 2013 10:16
Genre: Non spécifié

Faire le deuil d'un animal.

par plume377 » Ven 20 Déc 2013 13:02

Nous savons tous ici à quel point c'est douloureux quand ils s'en vont et je suis de tout coeur avec toi.
Si tu veux tu peux nous en parler dans la rubrique "hommages" du forum.
Courage !
Image

Je t'aime ma Plume et tu es dans mon coeur pour toujours !
Avatar de l’utilisateur
Chat en Or
Chat en Or
Chat savant
Chat savant
Nombre d'années sur le forum:
Années en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membreAnnées en tant que membre
 
Messages: 23313
Sujets: 30
Âge: 60
Enregistré le: Mer 11 Jan 2012 13:54
Localisation: Bruxelles
Genre: Femme

Suivante





  • Sujets Similaires
Qui est en ligne
Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité